L'été en Tasmanie : un grand bol d'air pur



Quand les flocons de neige se posent sur les forêts d’eucalyptus au cœur de l’hiver ou quand les gouttes d’eau des pluies d’automne s’écrasent sur les grandes fougères… la Tasmanie est un réel enchantement à chaque moment de l’année. Destination nature par excellence, c’est sur son littoral accidenté que vous respirerez l’un des airs les plus purs au monde ! On l’aime pour sa diversité de paysages et d’ambiances, ses habitants très “friendly” et ses animaux incroyables, que l’on ne trouve nulle part ailleurs.

Une échappée belle à l’été australien


Même si elle révèle toute sa féérie pendant les mois les plus glacials, cette île située au large de l’Australie se visite facilement pendant les mois d’été. Puisque nous sommes dans l’hémisphère sud, c’est donc de décembre à mars qu’il faudra se rendre en Tasmanie ! Loin de la chaleur étouffante du continent, les températures en Tasmanie avoisinent les 20 degrés dans l’après-midi. Au mois de janvier, on peut même se blottir au coin d’un feu de cheminée dans les Cradle Mountains, plutôt atypique quand on vient de quitter l’ambiance estivale de la côte Est.

Des plages à couper le souffle


De baies paradisiaques en plages battues par les vents, un road-trip en bord de mer ne peut que fasciner les visiteurs. Ici, les couleurs semblent accentuées, comme si on avait mis un filtre ! Le sable est plus blanc que blanc, l’eau plus turquoise que turquoise, et parfois, le paysage vire au rouge ou au vert fluorescent.

Véritable île aux trésors, la Tasmanie possède des plages parmi les plus belles du monde. Vous n’y croyez pas ? Rendez-vous à Wineglass Bay, située dans le parc national de Freycinet ! Ce croissant de sable blanc avec, en toile de fond, les pics de granite des Hazards, fait rêver les Australiens de la grande île. Plus loin, les Friendly Beaches, souvent désertes, se prêtent à de longues flâneries. On ne se lasse pas de zigzaguer entre ses rochers en évitant l’écume des vagues.

Pour encore plus de dépaysement, traversez l’île jusqu’au nord-ouest et trouvez le chemin qui mène à The Edge of the World, à Gardiner Point. Prenez un grand bol d’air pur et embrassez du regard l’océan qui s’étend à perte de vue… plus précisément, jusqu’en Argentine et sans interruption - un record sur Terre.


Une faune sauvage, à l’abri des parcs et des réserves


Celle qu’on nomme Tassie, si attachante, ravira les amoureux de nature, qu’ils soient petits ou grands aventuriers !

Vous êtes venus pour voir le diable de Tasmanie ? Un conseil : ne pas se fier à sa mine attendrissante. C’est le plus grand mammifère carnivore d’Australie, chassé de l’île principale et aujourd’hui menacé d’extinction. S’il se trouve sur votre passage, vous le repérerez peut-être à son cri déstabilisant ou à l’odeur forte qu'il dégage quand il est… inquiet. Plus simple, vous pouvez aller lui rendre visite au sanctuaire dédié dans le parc Cradle Mountain-Lake St Clair, et en profiter pour explorer la nature environnante et découvrir le lac le plus profond du pays.

Quels autres animaux voir en Tasmanie ? Le pademelon est un petit marsupial très sympathique qui ressemble au kangourou ou au wallaby. Il vit non seulement dans les parcs nationaux, comme celui du mont Wellington, mais aussi dans la banlieue d’Hobart. Le quoll, ou chat marsupial, est un autre animal endémique. Pour le voir, promenez-vous au parc national de Cradle Mountain ou au parc national du mont Field, lieu magnifique avec ses chutes d’eau cachées dans la végétation d’eucalyptus et de fougères.

Pour voir les wombats, prenez le large, vers Maria Island. De nombreuses espèces en danger ont été introduites sur cette île surnommée l’Arche de Noé. On peut donc admirer ces grosses peluches gambader tranquillement près de la plage et sur l’herbe, mais aussi des Céréopses cendrés (une oie sauvage), des kangourous, des échidnés et les diables de Tasmanie. Ici, pas de voiture !

En famille, vous aimerez aussi la Cataract Gorge Reserve, où l’on fait des rencontres insolites avec des wallabies sauvages et des paons. A une heure de voiture de cette réserve, de nombreux oiseaux évoluent en liberté aux Tamar Island Wetlands, que les enfants pourront observer avec des jumelles depuis les passerelles et les observatoires en bois.

Des villes étonnantes


Départ de Port Arthur, un ancien centre pénitentiaire datant de 1830. Dans ce village chargé d’histoire, vous pourrez découvrir le passé offrant des bagnards, pour qui le seul échappatoire était de traverser une baie infestée de requins. Marchez le long des bâtiments du site pour vous imprégner de cette atmosphère ou optez pour un ghost tour glaçant, à la lueur d’une lanterne.

A une heure et demie de route, Hobart est une ville provinciale très agréable à visiter. Le quartier de Salamanca est particulièrement trendy avec ses entrepôts typiques et ses marchés le week-end. Dans cette ville, on peut aussi faire plus insolite, comme goûter un whisky local, aller chercher un fish and chips en kayak ou prendre le ferry pour rejoindre le MONA. Le musée d’art contemporain d'Hobart, unique en son genre, a été fondé par un riche collectionneur (et joueur). On accède à ce “Disneyland subversif pour adultes” par un interminable escalier en colimaçon qui s’enfonce dans la falaise. Le coup de cœur !

Sa petite sœur, Richmond, se situe à 25 minutes de route. C’est le vieil Hobart. Parfait pour les nostalgiques d’Europe, il rappelle l’architecture ancienne du Vieux Continent. Un air de campagne anglaise plane sur les maisons et les monuments de ce lieu, notamment son pont à arches. Seule différence : les toits ne sont pas en tuile ni en chaume, mais en tôle.

Où dormir ?


Au plus proche de la nature bien sûr… Très proche dans l’une des nombreuses aires de camping de l’île, ou un peu moins mais plus glamour, dans un éco-lodge ou en glamping.

Vous aimerez aussi :

→ Découvrir l'Australie en camping car
→ En savoir plus sur les animaux australiens pendant votre périple
→ Adopter le concept du glamping 

Commentaires