Catastrophe japonaise : les conséquences possibles en Australie

Un mois après le séisme qui a ébranlé le Japon, la crise économique et les perturbations de l’industrie nucléaire s’intensifient.

Pendant que les conséquences se dessinent peu à peu au Japon et en Asie, nombreux spécialistes s’attendent à un impact considérable en Australie.

L’Australie qui compte de nombreux touristes et entreprises au Japon ne déplore heureusement aucun dégât matériel et humain.

Les premières conséquences seront visibles particulièrement sur les imports vers le Japon. Andrew O'Neil, directeur de l'Institut Griffith Asie à l'Université Griffith, parle de conséquences sévères sur l’importation d’une partie importante des ressources énergétiques australiennes.

D’un point de vue économique, l'effondrement de la Bourse de Tokyo et l'aggravation de la crise ont engendré une chute des bourses mondiales. Les investisseurs s’attendent à une perte de centaines de points de la bourse australienne dans les semaines à venir.

A cela s’ajoute d’éventuels impacts sur l’industrie du tourisme. Le porte-parole de la Fédération Australienne des Agents de Voyage, Westbury Jayson, a déclaré qu’il faut s’attendre à une baisse considérable des échanges touristiques entre le Japon et l’Australie.

Wayne Swan, Ministre des Finances australien, prédit également un impact négatif à court terme pour les exportateurs d’énergie et de matières premières australiens. Les exportateurs doivent s’attendre selon lui à un arrêt momentané des exports avec le Japon.

La demande japonaise d’acier en provenance de l’Australie est attendue à chuter suite à la fermeture de nombreuses usines de fabrication d'acier au Japon.

Les exportations énergiques de l’Australie pourront également être touchées, car 23% de ces exportations se font vers le Japon.

Il existe donc de forts risques que ces événements contribuent à une hausse des prix du charbon, du gaz, du pétrole.

Si au cours du prochain trimestre les demandes du Japon risquent d’être nulles, la reconstruction du pays devrait engendrer une augmentation des exportations notamment d’Australie.

En effet, une analyse menée par National Australia Bank (NAB) révèle une éventuelle augmentation des demandes japonaises d’exportations agricoles. Cela s’explique par les déficits de production du pays : la région de Tohoku, touchée par le séisme, jouait un rôle non négligeable dans la production de riz et de viande du pays.

Cette possible hausse de demandes d’exportation viserait également à calmer les angoisses liées à une possible contamination radioactive des produits agricoles japonais. Similairement à l’épidémie de la vache folle en 2000 où le Japon avait eu massivement recours au bœuf australien.

L’Australie est le deuxième partenaire commercial du Japon. Les exportations vers le Japon ont représenté 37.1 milliards de dollars australiens en 2009-10 (27.1 milliards d’euros).

Les conséquences du désastre japonais se préciseront dans les semaines et mois à venir.

Article écrit par Laura Henvel.

Commentaires